Un élevage de chevaux américains au cœur du monde sauvage

Le Teepee Heart Ranch, km 84 – Imaginez un petit val secret, sauvage et isolé, au cœur des montagnes Chilcotin de l’ouest canadien (Tsilhqot’in). En terre indienne. Maintenant imaginez que vous parcourez les quatre-vingt-quatre kilomètres de piste qui mènent, à travers collines arides, canyon et forêt boréale, jusqu’à ce val. En chemin vous rencontrerez peut-être des aigles pygargues, des ours noirs et des mustangs libres. Ça y est, vous y êtes, les portes du ranch s’ouvrent devant vous, elles sont en bois. Le bois, la lumière et la magie sont les matières premières ici.

Le ranch abrite les noces de la tradition et de l’innovation. Le vieux barn rappelle l’héritage historique de ce haut lieu du Far West, les bûches de pin séché crépitent dans les poêles, le cœur de la Dernière Frontière bat toujours. Le nouveau barn, quant à lui, témoigne de la vitalité de ce mode de vie ; les panneaux solaires et le satellite nous offrent un surcroît d’autonomie bienvenu ; mais c’est dans notre approche renouvelée de la vie de rancher que se trouve, nous le croyons, la véritable modernité : compréhension de la vision autochtone, cohabitation avec la faune sauvage et bien sûr coopération avec les chevaux.

Car les chevaux sont le cœur du Teepee :

Nos paint-horses et quarter-horses issus des meilleures lignées du monde, ainsi que les valeureux chevaux du ranch, sans oublier le millier de mustangs qui galope à travers les Chilcotin ; soit : des magiciens, des ambassadeurs et des rebelles !

Nos chevaux disposent de plus de 550 hectares de nature variée : prairies fleuries, chemins forestiers et futaies profondes ainsi que lacs, cours d’eau et zones humides dont les castors sont les principaux architectes.

Le ranch jouit par ailleurs d’une licence d’utilisation pour 165 000 hectares : un territoire immense parcouru de sentiers, disposant d’une cabane au bord de l’eau et s’étendant jusqu’aux parcs nationaux. Cols d’altitude, lacs alpins et sommets enneigés composent le paysage. Les pumas, les loups et les grizzlis, les cerfs-mulets, les wapitis et les élans, les aigles dorés, les chouettes lapones et les colibris annonciateurs du printemps en sont les premiers habitants.

Qualité, nature et magie...

Midsummer Night’s Dream horses (MND), une certaine vision de l’élevage

– Notre conviction ?
Il est possible d’élever des chevaux de calibre international sélectionnés sur leur majesté tout en respectant leurs besoins éthologiques d’une part et leur génie personnel d’autre part afin de favoriser leur épanouissement physique, mental et émotionnel (body-mind-spirit).

Concrètement, cela signifie que nos fils et filles de champions du monde vivent dans de grands espaces variés tout en ayant accès au confort et à la sécurité d’une écurie ; évoluent en harem pour une vie sociale florissante, stable et structurée ; et construisent néanmoins une relation forte et privilégiée avec l’homme.

Nos chevaux se nourrissent en premier lieu d’herbes et de plantes sauvages qui croissent sans engrais (et du foin produit exclusivement sur la propriété), s’abreuvent d’eau de source ou directement au ruisseau, respirent un air pur à 1300 m d’altitude, et développent leurs performances et leurs intelligences au contact d’un environnement riche et vivant.

Cela signifie également que nous avons choisi de respecter leurs rythmes biologiques et individuels : saillies naturelles avec notre étalon présent à l’année auprès de ses juments et poulains ; naissances sans interventionnisme ; priorité donnée à l’éducation du poulain par la mère et le groupe ; sevrage naturel ou tardif et progressif ; soins, manipulations et apprentissages en veillant à respecter l’intégrité du cheval et en privilégiant son écoute et son observation. Enfin, cela signifie que nous cherchons à développer sans cesse notre autonomie et nos compétences – ostéopathie équine et phytothérapie, podologie pour des pieds nus beaux et fonctionnels, débourrages tardifs et sans-mors toujours par nos soins – ainsi que le réseau de professionnels qui nous entoure (notamment vétérinaires, communicatrice animale, sans oublier nos « petites sorcières » bien aimées). Cultiver la simplicité, interroger les pratiques équestres, rester des professionnels qui s’émerveillent, telles nous semblent être les conditions idéales pour garder vivant ce métier presque aussi vieux que l’humanité. Et ouvrir la porte à l’enchantement…

logo mnd 2